Rechercher

Apprendre le piano autrement #1

Voici une première piste pour découvrir le piano et improviser seul ou à plusieurs.



Chaque élève débutant est assis face à un clavier (4 pianos dans ma classe).

Ils vont improviser sur les touches noires.

Cette première étape sera l’occasion de découvrir le premier mouvement conducteur musical de la pédagogie Martenot dans l’enseignement du piano : « le mouvement de glissé alterné ».


La main à plat les élèves vont jouer les groupes de 2 touches noires et se promener sur tout le clavier. L’intérêt de ce mouvement conducteur est de faire sentir aux élèves qu’on joue du piano avec tout son corps, et que les épaules ont un rôle très important.

C’est un mouvement calmant, pas de doigts agités, pas de geste inutile. On pense simplement au mouvement des bras. Les doigts sont détendus. Le son sera doux, la pédale de droite enfoncée pendant toute l’improvisation.


Le 2d objectif est de d’amener les élèves à s’écouter et ressentir une pulsation commune. Pour cela je respecte le rythme naturel des élèves dans un premier temps. Quand cette pulsation est établie - ce qui arrive rapidement- et que les élèves jouent chaque groupe en même temps, on s’amuse à changer de pulsation. A tour de rôle, chaque élève choisit sa pulsation, la donne aux autres et joue le rôle de chef pour maintenir la pulsation vivante et régulière tout au long de l’improvisation.


Cette improvisation est ensuite réalisée sur les groupes de 3 touches noires ; puis cette étape est conclue avec le mélange des groupes de 2 et 3 touches noires.


A l’étape suivante, je commence à introduire des notions de rythme : un élève devient « le gardien du temps » et est chargé de tenir une pulsation constante. Suivant un signe de la main que je fais, les autres élèves jouent en ostinato un groupe rythmique de deux ou quatre pulsations, ou bien rejouent la pulsation en même temps que le gardien du temps.

Au cours de l’improvisation, il est important que les élèves me regardent afin de suivre les changements de consignes données par ma main.


Les élèves apprennent ainsi à suivre un chef, et sans nommer ces rythmes j’introduis les notions de ronde, blanche, noire. Ils apprennent par la même occasion à jouer en comptant et ils acquièrent très vite la notion de passer du simple au double rythmiquement.


On peut ensuite jouer avec les nuances, ou commencer à improviser des mélodies sur les touches noires.

Introduire les nuances en reprenant les exercices précédents permet de développer la notion de toucher.

Quant à l’improvisation mélodique, l’improvisateur pose la main gauche sur do#, ré# et la main droite sur fa#, sol#, la#

Je demande à l’élève de mélanger ces 5 notes au hasard dans un premier temps pendant que les trois autres élèves jouent la pulsation en se promenant sur les groupes de touches noires.

Les gardiens du temps doivent jouer légèrement afin de bien entendre l’improvisateur.

Différentes consignes rythmiques peuvent être données aux accompagnateurs.

Quand l’improvisateur n’a plus d’idée, il reprend la pulsation et un accompagnateur devient improvisateur sans que la musique s’arrête.


Dans un second temps, on commence à aborder la construction d’une mélodie : jouer le plus possible de notes con jointes, sentir comment doit être un début de la mélodie, et avoir une fin conclusive…


En résumé lors des improvisations j’introduis les notions de toucher, de pulsation régulière, de rythmes, de nuances, et de conduite d’une mélodie.

Cette étape est très riche et permet dès le début de l’apprentissage le jeu collectif et l’écoute.

C’est également l’occasion de rendre concrètes toutes les notions de rythme et de pulsation introduites par le professeur de formation musicale et de faire sentir aux élèves l’intérêt et l’importance du cours de formation musicale.


Il ne vous reste plus qu’à essayer avec vos élèves

La suite au prochain numéro…